ÉDITO

 

Pour sa troisième édition, le cycle géopolitique et culturel Routes et déroutes de la MJC de Martigues s’intéresse à ce pays d’Asie centrale à l’histoire complexe et à l’image fragilisée.

La raison de cette orientation est simple : nombre d’Afghan.es figurent parmi les candidat.es à l’exil et certain.es sont installé.es temporairement ou de façon permanente sur les communes de Martigues et Port-de-Bouc.

Nous nous sommes donc intéressés à leurs parcours et ils ont des choses à nous raconter sur le « pays des cavaliers ».
Tout d’abord ils veulent nous dire que l’Afghanistan, ce n’est pas seulement les talibans et le terrorisme international. Faire savoir que ce pays reste malgré tout, riche de son histoire, de ses cultures et de sa diversité. Véritable carrefour de l’Asie, frontalier de six pays, l’Afghanistan, constituait dans l’Antiquité, pour ne citer que cette époque, une étape importante sur la route de la soie. Cyrus le Grand, Alexandre le Grand, Gengis Khan ou l’empereur Babur, on y vit défiler les plus grands conquérants. Ce riche et passionnant passé a pu être oublié à la faveur d’une histoire contemporaine accidentée que nous allons explorer à travers ce cycle: coup d’état soviétique en 1979, crise de l’opium, prise du pouvoir par les talibans en 1996 puis renversement en 2001 par la coalition menée par les Etats-Unis. Et depuis rebellions des talibans et attaques répétées sur la population civile.


Pourtant, s’il ne fallait retenir qu’une chose de ces tumultueux évènements, ce serait la détermination à résister à l’envahisseur démontrée par le peuple afghan en toutes circonstances. Le commandant Massoud, figure emblématique qui a su séduire l’Europe, incarne bien ce modèle.
Les réfugié.es que nous recevons dans nos pays « sûrs », sont la mémoire de cette résistance.
Pourtant aujourd’hui ils sont fatigués. Fatigués de fuir, abîmés par les ravages de la guerre et lassés par la mort. Ils aspirent à la vie, au savoir, à l’amour et c’est pour cela qu’ils sont là.

Pour vivre, simplement, poursuivre leur récit, là où c’est possible.

Elles sont réalisatrices, performeuses, auteures, chanteuses, paysannes, citoyennes, les femmes elles aussi résistent et leur combat est encore plus nécessaire et acharné. Cette année, une place toute particulière est faite à la lutte des femmes afghanes.

Routes et déroutes par nécessité d’accueillir ces êtres-là. De recueillir les cris de détresse qu’engendre l’exil forcé. De cueillir ces « elles » et ces « ils » jetés sur les chemins d’une histoire confisquée.

Crédit : Najiba Noori

LA MJC DE MARTIGUES

La Maison des Jeunes et de la Culture de Martigues est une association d’éducation populaire régie par la Loi 1901, et agréée par la Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (Ministère de l’éducation nationale). Depuis 2015, elle est labellisée « Fabrique d’initiatives citoyennes ».

Elle élabore et met en œuvre une action publique d’éducation et de culture en direction des enfants, des jeunes et des adultes. Elle est un espace d’échanges, d’expression, d’information, de débats, d’expérimentations, de formation et de création.

Située sur un territoire qui compte environ 200 personnes en situation de demande ou ayant obtenu l’asile, elle s’est engagée, dans une démarche d’hospitalité culturelle. Pour cela, elle offre la gratuité aux adhérents en procédure de demande d’asile, qui, privés de la possibilité de travailler, sont en situation de détresse et d’exclusion. Elle propose aussi deux ateliers de conversation en français et un atelier de chant dans toutes les langues.

Soudanais.es, Syrien.ne.s, Afghan.e.s, Erythréen.e.s... Les relations nouées avec ces personnes aux parcours uniques nourrissent au quotidien les projets de la Maison.

Sur ce cycle particulier, la MJC est accompagnée par Hamed Rassoli, jeune journaliste réfugié afghan.

LES PARTENAIRES

 

La cinémathèque Gnidzaz, les médiathèques Louis Aragon et Boris Vian de Martigues et Port-de-Bouc, les cinémas Jean Renoir et Le Méliès de Martigues et Port-de-Bouc, les associations Solidarité Provence Afghanistan et Afrane, Afghanistan Libre, Latitudes Contemporaines, la Fondation de France, les librairies l’Argonaute et L’alinéa, l’Accueil Temporaire Service de l’Asile de Martigues et Port-de-Bouc, Amnesty International, SOS Méditerranée, le Réseau Éducation Sans frontières Ouest-Étang de Berre, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI), Forum Réfugiés.

projet soutenu par